Un début de saison contrasté

L'ex-assistant de Jacques Martin, Perry Pearn, viré par Pierre Gauthier

Après trois semaines de travail intensif qui ne m’ont guère laissé le temps d’alimenter ce blog, un petit temps mort me permet d’y revenir. Le début de saison du Canadien a été des plus décevants, avec désastreux record de 1-5-2 avant le match face à Philadelphie, mercredi. Avec un Andrei Markov encore loin de faire son retour, un Chris Campoli out depuis le match initial perdu à Toronto, et un Jaroslav Spacek blessé lors de la seule victoire du Canadien à ce stade de la saison, à Winnipeg, Montréal était quelque peu désarmé en défensive. Une situation qui a sans doute fortement contribué au début de saison raté des Montréalais. Car si Yannick Weber et Raphaël Diaz ont été plutôt intéressants depuis le face off initial, la défensive du Canadien manquait clairement de métier, alignant parfois Josh Gorges et Hal Gill comme seuls défenseurs expérimentés.

La quatrième ligne réveille le CH
Plutôt que d’amener un nouvel arrière ou de virer un Jacques Martin très contesté, Pierre Gauthier a donc effectué deux mouvements apparemment mineurs. Il a d’abord transigé avec Phoenix pour obtenir Petteri Nokelainen. Puis il s’est séparé de Perry Pearn, adjoint et ami de Jacques Martin. La première décision porte des fruits évidents. Depuis le début de la saison, Montréal évoluait avec deux rookies, Andreas Enqvist et Aaron Palushaj, sur le quatrième trio. Jeunes et inexpérimentés, les deux attaquants ont souvent beaucoup souffert défensivement, et n’ont pu apporter l’énergie nécessaire à leur équipe. Avec l’arrivée de Nokelainen, Montréal dispose d’un véritable centre de quatrième trio, droitier qui plus, et très performant sur les mises au jeu. Avec Blunden, rappelé d’Hamilton et qui apporte un intéressant influx d’énergie, le Canadien dispose enfin d’une quatrième ligne fiable, et capable de donner quelques minutes précieuses pour reposer les trois premiers trios.
Le congédiement de Pearn a eu lui un impact immédiat, puisque Montréal a enchaîné trois victoires face à Philadelphie et Boston après son départ. Sans que l’on puisse faire de véritable corrélation avec cette décision. Mais le départ de Pearn a certainement remis le vestiaire du Canadien devant ses responsabilités. Il a en outre permis à Randy Ladouceur de prendre place derrière le banc. Ancien assistant de Paul Maurice chez les Leafs, cet ex-défenseur a évolué dans la ligue pendant 16 ans sous les couleurs des Wings, des Whalers et des Ducks. Il s’est tout de suite montré très actif sur le banc. Surtout, avec Ladouceur, Montréal dispose pour la première fois depuis plusieurs années et le départ de Rick Green, d’un spécialiste des défenseurs ayant lui-même évolué dans la NHL.

Avertissement sans frais pour Martin
Le départ de Pearn est également un message à double sens du DG du Canadien à l’intention de Jacques Martin. On peut en effet analyser cette décision à la fois comme une volonté de confirmer la confiance que Pierre Gauthier a en son entraîneur chef, et comme un avertissement pour Martin. Pearn est en effet un ami proche de Jacques Martin. En le déchargeant de sa tâche d’adjoint (il devrait être recasé à la supervision), Gauthier indique à Martin qu’il lui garde sa confiance, mais que sa marge de manœuvre est réduite. Une sorte d’avertissement sans frais pour l’ancien coach des Panthers, qui n’a plus guère le droit à l’erreur.
Mais le redressement récent (et fragile) des Montréalais vient aussi des joueurs en place. Depuis trois matchs, Erik Cole montre les qualités de vitesse, d’opiniâtreté et d’intelligence de jeu qui ont conduit Gauthier à le signer cet été. Jaroslav Spacek, longtemps blessé, fait beaucoup de bien depuis son retour dans un rôle très sobre. Le défenseur tchèque met beaucoup d’attention aux petits détails du jeu défensif, et soulage donc considérablement ses jeunes partenaires. Enfin, le duo David Desharnais-Lars Eller monte en régime. De quoi envisager l’avenir avec un peu plus d’optimisme.

———————————————————————————————————–

Le point après onze matchs

Montréal (4-5-2) occupe le dixième rang de la conférence est, à deux points d’Ottawa, surprenant huitième. Le Canadien compte sur la 19e défense de la ligne (2,64 buts par matchs), et sur la douzième attaque (2,64 buts par matchs). L’avantage numérique patine (22e de la ligue, 13,3%), et le désavantage numérique ne fait guère mieux (18e, 83%).

Meilleurs marqueurs:

1- Max Pacioretty             9 pts
– Tomas Plekanec           9 pts
3- David Desharnais        7 pts
– Andrei Kostitsyn          7 pts
5- Brian Gionta                 6 pts
– Josh Gorges                  6 pts
– Travis Moen                  6 pts

Meilleurs buteurs

1- Travis Moen                   4 buts
– Max Pacioretty              4 buts
– Tomas Plekanec            4 buts
4- Mike Cammalleri          3 buts
– Andrei Kostitsyn           3 buts

Carey Price (4-4-2), pourcentage d’arrêt de 90% (42e de la Ligue) , 2,59 buts encaissés par match (41e).