Season preview: Chicago Blackhawks

Western Conference – Central division

Briser la malédiction Chicago 50

Capitaine exemplaire des Hawks, Jonathan Toews a déjà mené Chicago à deux titres. Pas de quoi étancher la soif de vaincre de

Capitaine exemplaire des Hawks, Jonathan Toews a déjà mené Chicago à deux titres. Pas de quoi étancher la soif de vaincre de « Captain Serious ».

Comme Los Angeles, son adversaire malheureux de la dernière finale de la Conférence Ouest, Chicago aura cette année l’occasion de devenir la première équipe, depuis Detroit en 1998, à conserver son titre. Il y a trois ans, Stan Bowman, le DG, avait dû casser le groupe qui avait donné la Stanley Cup à Windy City, du fait des limites imposées par le salary cap. Versteeg, Byfuglien et même Niemi, le gardien titulaire avaient dû quitter Chicago. Cette saison, les Hawks ont aussi du échanger plusieurs joueurs: Bolland, Frolik et Carcillo, qui ont rapporté quelques draft picks. Quant à Viktor Stalberg, il est parti en tant qu’agent libre, comme le gardien remplaçant Ray Emery. Mais leurs remplaçants sont déjà là, et issus du système des Hawks (à l’exception de Nikolai Khabibulin, qui remplacera Emery), ce qui évitera une trop longue période d’adaptation. Tous ces changements pourront avoir un impact, mais on parle là d’éléments moins importants que ceux qui avaient quitté Chicago en 2010.

Un noyau quasi intact
Les Hawks, auteurs d’une saison quasi parfaite l’an dernier, gardent l’essentiel de leurs forces, à commencer par une attaque puissante, menée par Jonathan Toews, impressionnant leader et sans doute le meilleur joueur two way de la planète. Patrick Kane a lui brillé lors des dernières séries et n’a que peu de rivaux sur le plan du talent pur. Moins médiatisé, Patrick Sharp est lui un très solide buteur, et Marian Hossa demeure un ailier de grand talent. La vraie nouveauté, c’est que ces quatre leaders offensifs ont reçu le renfort de plusieurs jeunes joueurs, à commencer par l’immense Bryan Bickell, épatant lors des derniers playoffs. On n’oubliera pas Brandon Saad, excellent pour son année rookie, et qui a été longtemps dans la conversation pour le trophée Calder. Andrew Shaw et Marcus Kruger complètent les lignes offensives. Chicago peut aussi compter sur un solide vétéran avec Michal Handzus, très précieux en playoffs l’an dernier, et d’autres jeunes joueurs, Jimmy Hayes, Jeremy Morin, Brandon Pirri ou Ben Smith. De quoi composer une attaque talentueuse, puissante, et particulièrement dure au mal.

En défense, le coach Joel Quenneville a la chance de pouvoir compter sur un top 7 inchangé, avec la remarquable paire Duncan Keith – Brent Seabrook, deux joueurs qui évoluent ensemble depuis des années maintenant et ont développé une remarquable complicité. Sur la deuxième paire, le solide Suédois Niklas Hjalmarsson fera équipe avec son coéquipier Johnny Oduya. Un duo solide et capable d’appuyer l’attaque. Ce que le troisième binome, Nick Leddy-Michal Roszival, est tout à fait capable de faire. Enfin, si les blessures devaient frapper, Sheldon Brookbank est un numéro 7 très capable. Et dans les buts, Corey Crawford a réalisé une grosse saison, qui a conduit les Hawks jusqu’au sommet. L’organisation l’a récompensé avec un gros contrat (6 ans et 36 M$). Crawford est donc aujourd’hui l’incontestable numéro 1 de la franchise de l’Illinois. Il devra justifier son statut rapidement.

L’an dernier:

1er de la conférence Ouest avec 77 points, vainqueur du trophée du président. Vainqueur de la Stanley Cup. Meilleur pointeur: Patrick Kane (55 points); meilleurs buteurs: Jonathan Toews et Patrick Kane (23 buts).

Le joueur à suivre: Brandon Saad

SaadTrès coté avant son année de repêchage, l’ailier américain avait connu une saison moyenne, qui avait fait baisser sa cote, permettant aux Blackhawks de le repêcher en deuxième ronde. Un vrai coup de génie des scouts de Chicago. L’an dernier, Saad a inscrit 27 points, dont 10 buts en saison régulière, et tenu un rôle non négligeable en playoffs. Il est aujourd’hui solidement installé dans le top 6 des Hawks. C’est de lui, en particulier, que devra venir le secondary scoring de Chicago.

La relève: Teräväinen, le futur Patrick Kane?

Chicago repêche particulièrement bien, compte tenu de sa position. Les Ryan Hartman, Mark McNeill, Brandon Pirri et Adam Clendening joueront probablement tous un jour en NHL. Mais depuis 2012, les Hawks comptent dans leur organisation une possible future star. Le petit gabarit de Teuvo Teräväinen et le nombre de bons défenseurs disponibles lors de ce repêchage ont sans doute fait chuter le jeune Finlandais, qui est donc arrivé jusqu’au Hawks. Hyper talentueux, intelligent sur la glace, Teräväinen ressemble beaucoup à un Patrick Kane plus passeur que buteur. Tout sauf une mauvaise nouvelle pour les fans des Hawks.

Le pronostic de TPPQB

Vegasodds6« La saignée estivale risque de faire moins de mal qu’en 2010. Chicago a gardé toute sa défense, son gardien, et l’essentiel de ses meilleurs attaquants. Il n’y a donc pas de raison, si ce n’est un éventuel relâchement mental, de voir les Hawks ne pas refaire une grosse saison. Un peu à l’image de Los Angeles l’an dernier, Chicago est un candidat très crédible, si ce n’est le favori à sa propre succession.