Season preview 2015-2016 : Chicago Blackhawks

Western Conference – Central division


 

 

Sisyphe, épisode 3

 

Champions pour la troisième fois, Patrick Kane et les Hawks vont devoir compenser les lourdes pertes de Saad et Sharp.

Champions pour la troisième fois, Patrick Kane et les Hawks vont devoir compenser les lourdes pertes de Saad et Sharp. »

Gagner, puis reconstruire. Pour Stan Bowman, le DG, et les Hawks, la victoire passe par le sacrifice. Avant, pendant, mais aussi après. En 2010, suite à leur première Coupe Stanley depuis 1961, les Hawks avaient été contraints par le plafond salarial de se séparer de Dustin Byfuglien, Antti Niemi, Andrew Ladd ou Kris Versteeg. En 2013, la saignée fut plus modeste avec les départs de Dave Bolland (qui avait tout de même marqué le but vainqueur lors de la finale précédente), Dan Carcillo et Michael Frolik. Mais cet été, après la troisième coupe des Hawks en six ans, fut peut-être le plus douloureux pour les Hawks. Arrivé en fin de saison pour un dernier Cup run, Kimo Timmonen a pris sa retraite. Mais c’est surtout le plafond salarial qui a poussé Chicago à tailler dans son effectif. Le double contrat des stars Patrick Kane et Jonathan Toews (8 ans à 10,5M$ par saison pour chacun des deux) pèse en effet lourdement sur le cap des Chicagoans.
Une situation qui a empêché Stan Bowman de resigner le très utile défenseur Johnny Oduya, parti à Dallas, le centre vétéran Brad Richards, très utile en playoffs l’an dernier, qui a pris la direction de Detroit, et Antoine Vermette, qui avait rejoint Chicago lors de la dernière trade deadline et est retourné chez les Coyotes. Surtout, les Hawks ont été contraints d’échanger Patrick Sharp, l’un des piliers de leur attaque depuis dix ans. L’ailier canadien, plombé par son lourd contrat de 5,9 M$ par saison, a pris la direction de Dallas en retour du défenseur Travor Daley, de l’ailier Ryan Garbutt, et du prospect défensif Stephen Johns. Un changement radical pour les Hawks, pour qui Sharp était un relai important des deux stars Toews et Kane.

Bye-bye Brandon Saad
Mais le trade qui a surpris toute la planète hockey, c’est celui qui a envoyé Brandon Saad à Columbus. Le jeune ailier américain est le dernier très gros coup de Chicago à la draft. Très coté l’année précédant son repêchage, il avait vu sa cote plonger, ce qui avait permis à Stan Bowman et à son scouting staff de le récupérer au 43e rang overall en 2011. Et depuis, sa progression a été météorique. L’an dernier, Saad a inscrit 23 buts et 52 points, avant de connaître de bons playoffs (8 buts, 11 points). De l’avis de tous les observateurs, il était l’une des stars montante de la ligue. Mais Chicago n’avait pas les moyens de le payer à sa juste valeur et a donc été contraint de l’envoyer dans l’Ohio. Dans le détail, les Hawks ont échangé Saad, les jeunes Michael Paliotta et Alex Broadhurst et ont obtenu Artem Anisimov, Jeremy Morin, Corey Tropp et Marko Dano, ainsi qu’un choix de 4e ronde dans le repêchage 2016. Le deal, en soi, n’est pas catastrophique. Anisimov est un solide joueur NHL, capable d’évoluer sur un deuxième trio et Marko Dano a le potentiel pour un jour évoluer au moins sur un troisième trio, voire mieux. Mais Saad sera difficilement remplaçable.
Pour tenter de combler ces lourdes pertes, Stan Bowman a donc dû faire preuve d’imagination et a été puiser dans le vivier russe, rendu soudainement plus attractif par les difficultés financières de la KHL. Il a commencé par signer le très convoité ailier Artemi Panarin, l’une des stars montantes de la ligue russe (contrat de deux ans avec un cap hit de 812500 dollars, mais d’importants boni liés à ses futures performances). Panarin reste sur une saison de 62 points, qui lui a valu le quatrième rang des scoreurs de KHL. Il ne sera pas le seul pensionnaire du SKA St Petersbourg à rejoindre les Hawks, puisque l’ancien prospect des Coyotes, Viktor Tikhonov, a signé pour un an (1,04M$). De quoi redonner un peu de profondeur à des Hawks éprouvés par la saignée estivale.

Keith-Seabrook, les monstres sont toujours là
Attention tout de même à ne pas sombrer dans le catastrophisme. Brillants champions l’an dernier, les joueurs de Windy City composent encore une équipe redoutable. L’attaque a souffert l’an dernier de la blessure de Kane et de l’année plus difficile de Sharp. Elle inscrivait l’an dernier 2,68 buts par match (17e de la ligue), avec notamment un powerplay insuffisant (20e de la ligue avec 17,6% de réussite). Mais sa défense était la deuxième plus solide du circuit derrière celle de Montréal, avec seulement 2,27 buts encaissés par match. Quand au PK, il affichait un respectable taux d’efficacité à 83,4%. Il faudra observer comment les départs d’Oduya ou du vétéran Roszival, non reconduit, influeront sur le comportement de cette défense, mais les atouts majeurs des Hawks à la ligne bleue n’ont pas bougé. A commencer par Duncan Keith, meilleur joueur des playoffs l’an dernier, et son partenaire Brent Seabrook. Le premier est, malgré un gabarit moyen, l’un des arrières les plus endurants et durs à jouer de la ligue. Agressif, puissant, il peut compter sur un remarquable coup de patin et fait incontestablement partie du top 5 des défenseurs de la ligue aujourd’hui. Son binome, très complémentaire, est grand, costaud, puissant, et agressif. Il dispose en outre d’un lancer très lourd. Seabrook est en fin de contrat en juin, et Stan Bowman va devoir faire quelques miracles pour dégager la masse salariale nécessaire pour le resigner. Mais il est indispensable à la stabilité défensive de son équipe. Sur la deuxième unité, avec le départ d’Oduya, on devrait voir le nouveau venu, Trevor Daley, faire la paire avec le Suédois Niklas Hjalmarsson, l’un des piliers des Hawks. Hjalmarsson est un arrière grand, costaud, et très solide dans sa zone, quand Daley est avant tout un défenseur offensif et mobile, au jeu parfois un brin risqué. La paire, si elle trouve rapidement ses repères, semble très complémentaire. Sur la troisième paire, on devrait retrouver Trevor Van Riemsdyk. Jamais repêché, le frère de la star des Maple Leafs a été signé comme agent libre par les Hawks. Et depuis deux saisons, il grimpe doucement les échelons et impose son gabarit et sa bonne lecture du jeu. Il devrait jouer avec David Rundblad, ancien grand espoir des Blues et des Senators, qui a connu un parcours mouvementé avant d’enfin se trouver une niche en NHL avec Chicago. Très doué, Rundblad doit montrer plus de constance dans son jeu défensif. Mais il semble sur la bonne voie.
L’ensemble paraît solide et talentueux, quoi qu’un peu vert pour ce qui est de la dernière paire. Cette défense aura pour mission de protéger un duo de gardien composé de Corey Crawford et Scott Darling. Le premier est le titulaire des Hawks depuis quatre ans, et a connu des hauts et des bas. Il ne fait pas partie des gardiens d’élite de la ligue, mais fonctionne bien avec sa défense. Le second a connu un parcours des plus mouvementés. Repêché par les Coyotes en 2007, le gardien américain a dû se bagarrer avec une surcharge pondérale récurrente et des problèmes d’alcool. Longtemps un journeyman dans les ligues mineures, il a fini par se révéler avec les Milwaukee Admirals, en AHL, avant d’être signé par les Blackhawks l’été suivant. Et l’an dernier, Darling a été très solide au relais de Crawford, y compris lors d’un premier tour de playoffs difficile pour le starter de Chicago. Au point que les Hawks n’ont pas hésité à libérer la doublure « officielle » de leur gardien, le Finlandais Antti Raanta, qui a depuis signé avec les Rangers, pour installer Darling dans le rôle de numéro 2.

Kane dans le viseur de la justice
En attaque, le grand chantier de l’été, c’est un nouveau Chicago que l’on risque de voir cette année. Surtout que Patrick Kane a été impliqué cet été dans une affaire d’agression sexuelle, et pourrait voir sa saison perturbée par les suites judiciaires. En l’état actuel de l’enquête, la star des Hawks doit toutefois conserver le bénéfice de la présomption d’innocence. Nous partirons donc du principe que le petit magicien de Buffalo, qui était bien parti l’an dernier pour terminer meilleur marqueur de la ligue avant de se blesser, sera aligné sur le deuxième trio, avec le nouveau venu Artem Anisimov. L’ancien Blue Jacket manque de régularité, mais il dispose de beaucoup d’atouts. Grand, très doué, il excelle en outre dans le jeu défensif. Il doit simplement trouver plus de constance offensivement. Le fait d’évoluer avec Kane l’aidera sans doute dans ce sens. Il pourrait aussi trouver à son aile gauche le nouveau venu Artemi Panarin. Petit gabarit, Panarin est extrêmement créatif et talentueux. Si l’amalgame se fait bien avec Kane, cette ligne pourrait être très difficile à contenir, même si, à part Anisimov, elle va manque de poids et de taille. La première unité devrait, elle, être celle de Jonathan Toews. Captain Serious est aujourd’hui l’un des tout meilleurs joueurs de la ligue, et l’un des plus fiables dans les grands rendez-vous. Scoring, défense, leadership, implication physique, Toews sait tout faire. Il devra se muer en guide pour le Finlandais Teuvo Teräväinen, un grand talent dont le développement devient crucial avec le départ de Sharp et Saad. Le troisième larron de ce trio sera l’inoxydable Marian Hossa, l’un des meilleurs joueurs two way de la ligue, et qui a conclu une belle saison régulière par des playoffs impressionnants. A 36 ans, le Slovaque demeure une menace constante, et un élément clef des champions NHL.
La troisième unité devrait apporter beaucoup de grit à cette équipe.Bryan Bickell, qui a connu une saison régulière encourageante, mais n’a pas assez pesé lors des playoffs. Le grand ailier dispose d’un lourd contrat, et il ne serait pas surprenant de voir Stan Bowman tenter de s’en séparer au cours de la saison. Ce qui a peu de chances d’arriver à Andrew Shaw, un centre petit gabarit, mais gros cœur, qui apporte énormément pendant la saison régulière, mais plus encore en playoffs (12 points en 23 matchs l’an dernier). Les deux « anciens » devraient être associés à Ryan Garbutt, un ailier très agressif. A moins que le jeune Slovaque Marko Dano ne lui passe devant. Dano, qui vient de faire ses débuts NHL l’an dernier avec Columbus, manque encore de constance. Mais c’est un attaquant doué, créatif et très compétitif, qui dispose en outre d’un excellent tir. Il pourrait bien grimper l’alignement au fil de la saison. Il devrait toutefois évoluer sur le quatrième trio avec Viktor Tikhonov. Quant au poste de centre, il constitue l’une des grands interrogations de cette intersaison. Le Suédois Marcus Kruger, élément essentiel des dernières conquêtes des Hawks, est en effet agent libre avec restriction (RFA). Mais en l’état actuel des choses, Chicago ne peut le resigner. Stan Bowman va donc devoir trouver une solution pour faire un peu de place sous le plafond salarial, ou se résoudre à voir partir Kruger. Ce serait une perte de plus pour une équipe qui n’a pas vraiment besoin de cela.


Le lineup probable

Teuvo Teräväinen (#86) – Jonathan Toews (#19) – Marian Hossa (#81)
Artem Panarin (#72) – Artem Anisimov (#15) – Patrick Kane (#88)
Bryan Bickell (#29) – Andrew Shaw (#65) – Ryan Garbutt (#28)
Viktor Tikhonov (#14) – Marcus Kruger (#16) – Marko Dano (#56)
Corey Tropp (#25)

Duncan Keith (#2) – Brent Seabrook (#7)
Niklas Hajlmarsson (#4) – Trevor Daley (#6)
T. Van Riemdsyk (#57) – David Rundblad (#5)
Ville Pokka (#)

Corey Crawford (#50)
Scott Darling (#17)

Coach: Joel Quenneville


L’an dernier:

4e de la conférence Ouest avec 102 points. Meilleur pointeur et buteur: Jonathan Toews (66 points, 28 buts).

Le joueur à suivre :
Teuvo Teräväinen

L’an dernier, TPPQB avait déjà fait du Finlandais son joueur à suivre pour Chicago. Mais cette saison, le rôle de Teräväinen sera plus crucial encore avec les départs de Sharp et Saad. Un brin décevant en saison régulière, le 18e choix du repêchage 2012 a trouvé la bonne cadence en playoffs, inscrivant 10 points en 18 matchs. Un apport décisif dans la conquête de la Coupe Stanley par les Hawks, qui devrait lui donner la confiance nécessaire pour s’imposer dans l’alignement, où une place sur l’un des deux premiers trios lui est quasiment garantie.

La relève :
Peu de failles, peu de grands talents

Nick Schmaltz

Avec la promotion attendue de Teuvo Teräväinen (18e overall en 2012). Le prospect pool des Blackhawks paraît bien mince. On citera Ryan Hartman (30e overall en 2013) un ailier pas dépourvu de talent, et qui excelle dans un rôle de provocateur ;  Nick Schmaltz (20e overall en 2014, photo), un petit playmaker très doué, mais qui a tendance à trop privilégier la passe, ce qui le rend prévisible; et Mark McNeill, un gros centre two way qui ne semble toutefois pas avoir un gros potentiel offensif. Le reste des espoirs des Hawks ne semblent pas avoir l’étoffe de joueurs NHL d’impact.

Le pronostic de TPPQB

Aucun champion n’a su conserver son trophée depuis les Red Wings  de Detroit en 1998. Dans le contexte hyper concurrentiel de la division Centrale, la mission semble presqu’impossible pour des Hawks très renouvelés, surtout si ses déboires judiciaires devaient empêcher Patrick Kane de jouer. Chicago disputera probablement les playoffs, mais il paraît difficile d’imaginer les Hawks passer les obstacles Los Angeles ou Anaheim. Si tout va bien, leur route pourrait les mener jusqu’à la finale de Conférence. Mais au-delà, cela paraît difficile.