Season preview: Philadelphia Flyers

Eastern Conference – Metropolitan division

Une reconquête en questionsPhilly50

Claude Giroux et les Flyers doit une revanche à leurs fans. Le centre franco-ontarien a régressé la saison dernière, et Philly a plongé.

Claude Giroux et les Flyers doit une revanche à leurs fans. Le centre franco-ontarien a régressé la saison dernière, et Philadelphia est complètement passé à côté de sa saison.

A Philadelphie, tout commence et finit toujours devant le filet. Incapable de s’offrir un gardien de premier plan depuis Ron Hextall, les Flyers avaient tenté un pari coûteux, mais a priori sensé en s’attachant les services d’Ilya Bryzgalov, qui sortait de plusieurs brillantes saisons avec Phoenix, contre un juteux contrat de 9 ans et 51 millions de dollars. Mais le pari a échoué dans les grandes largeurs. Le fantasque gardien russe ne s’est jamais senti à l’aise dans un environnement à forte pression de Philadelphie, multipliant les prises de bec avec les médias. Surtout, son rendement sur la glace n’a pas été à la hauteur des attentes. Paul Holmgren, le DG des Flyers, a donc racheté son contrat, en utilisant la clause d’amnistie prévue par la nouvelle convention collective. Son contrat ne compte donc plus dans la masse salariale de Philadelphie, mais Ed Snyder, le propriétaire, a tout de même dû faire un énorme chèque au Russe. Le genre de chèque dont on se souvient, surtout deux ans seulement après avoir signé un tel contrat. Holmgren a donc tout intérêt à ce que son équipe ne passe pas au travers comme l’an dernier. Et comme souvent, l’ancien ailier droit a fait feu de tout bois pour modifier son roster. Dans les buts, Ray Emery, auteur d’une belle saison à Chicago, a donc été recruté. Il sera en concurrence avec Steve Mason, acquis des Blue Jackets en fin de saison dernière. Un choix audacieux, puisqu’Emery, parfois brillant, n’a jamais démontré sur la durée qu’il pouvait s’imposer comme un gardien numéro 1. Quant à Mason, il n’a jamais confimé son trophée Calder de meilleur rookie de la ligue, obtenu en 2009. Cette année-là, le jeune gardien canadien avait conduit Columbus à sa seule et unique participations aux séries. Mais jamais il n’a retrouvé ce niveau.

Un très gros potentiel offensif
Philadelphie devra donc limiter les risques en défense. Or la brigade défensive n’est plus aussi impressionnante depuis la retraite forcée de Chris Pronger. Mais elle compte tout de même de nombreux atouts Braydon Coburn est un solide gaillard, et Kimmo Timonen un remarquable vétéran. Mark Streit, récupéré chez les Islanders, devrait faire du bien au jeu de transition et au power play des Flyers. Luke Schenn, acquis l’été dernier de Toronto est un solide arrière défensif, même s’il ne sera probablement pas le pilier qu’attendait Brian Burke lorsqu’il l’a repêché avec les Leafs. Nicklas Grossman, Andrej Meszaros sont des défenseurs solides et expérimentés, et Erik Gustafsson progresse. Pas de véritable star, donc, mais un groupe costaud et expérimenté. Reste qu’à l’heure où nous écrivions ces lignes, Philadelphie était au-dessus du plafond salarial. Et que la solution la plus souvent évoquée était celle d’un échange de Coburn. Echange qui laisserait un trou béant à la ligne bleue des Flyers. L’attaque ne devrait en revanche pas poser de problème. Même s’il a connu une saison moyenne pour son immense talent (un point par match en moyenne tout de même), Claude Giroux demeure la superstar des Flyers. Il fait probablement partie des cinq attaquants les plus talentueux de la ligue. Il devrait être associé au rugueux et efficace Scott Hartnell, et à Jakub Voracek. Le Tchèque a explosé l’an dernier, confirmant tout son potentiel. S’il répète ce type de saison, cette ligne risque de faire très mal. La deuxième unité offensive devrait s’articuler autour de Vincent Lecavalier, récupéré sur le marché des joueurs autonomes. Moins dominant qu’il y a cinq-six ans, le Québécois reste un joueur très costaud et efficace. Il pourrait être associé au petit, mais talentueux Matt Read ou à Brayden Schenn, qui poursuit sa progression, ainsi qu’à Wayne Simmonds. L’ancien ailier des Kings a lui aussi passé un palier depuis son arrivée à Philly. Rugueux, agressif, il marque aussi beaucoup, et dérange l’adversaire. Un joueur comme il y en a peu dans la ligue, et donc un joueur extrêmement précieux. Sean Couturier devrait piloter le troisième trio et continuer à se développer en l’un des meilleurs jeunes joueurs two way de la ligue. Maxime Talbot apportera sa contribution à l’édifice dans son style abrasif. Le reste de l’effectif est surtout composé de joueurs de complément, comme Eric Wellwood, Jay Rosehill ou le nouveau venu Kris Newbury. Mais le potentiel offensif est là. Cette année encore, Philadelphie va faire des dégâts.

L’an dernier:

10e de la conférence Est avec 49 points. Meilleur pointeur: Claude Giroux (48 points). Meilleur buteur: Jakub Voracek  (22 buts).

VinnyLe joueur à suivre: Vincent Lecavalier

S’il n’est sans doute pas le plus grand (les Saint-Louis, Richards et Stamkos ont leur mot à dire), il était le plus emblématique des joueurs de Tampa. Mais son contrat délirant a forcé Steve Yzerman a s’en séparer. Lecavalier a ensuite préféré Philadelphie à ses autres soupirants, dont Montréal. S’il n’est plus le centre numéro 1 dominant d’il y a quelques saisons, c’est tout de même un renfort de premier plan pour les Flyers.

La relève: Morin, et le désert

On ne peut pas dire que Philadelphie est débordé de jeunes talents. Avec Samuel Morin, Paul Holmgren a toutefois été chercher un gros client pour les futurs adversaires des Flyers. Le onzième choix du dernier repêchage a le format et l’agressivité pour devenir un défenseur particulièrement intimidant. Il est toutefois encore très loin de pouvoir prétendre à une place dans un top 6 NHL. Pour le reste, ça manque un peu de talent. Mais l’équipe en place est, elle, plutôt jeune.

Le pronostic de TPPQB

Vegasodds40« Simple accident de parcours, la médiocre 10e place de la saison dernière? La question est épineuse. Mais TPPQB va y répondre par l’affirmative. Il y a beaucoup de talent à Philadelphie, et Peter Laviolette est un coach de valeur. Il saura remettre les Flyers sur la route des playoffs. »